Le Synthédiseur, Synthé d\'Ici et d\'Ailleurs

Le Synthédiseur, Synthé d\'Ici et d\'Ailleurs

4 - Digital Avenue - Empty Streets

4 - Digital Avenue - Empty Streets

Composition, Synthesizers, Mixing and Graphic Art by Pierre Rosique

Singing by Melani Cholie

Lyrics by Pierre Rosique and Melani Cholie

4 - Digital Avenue - Empty Streets.jpg

 

Empty Streets

At the end of my street,
There is no sea.
There is the market for consciences.

It is very popular, Everyone comes to buy one or two.
The thick crowd moves there in foaming waves.

Everyone has his own sea.
I dream of golden sand, of the shells secret music,
I dream of claps, dizzy kisses.

I don’t dream of gray cobblestones, I don’t dream of towers hiding the sun,
I don’t dream of cities without birds.

At the end of my street, there is no sea.
I turn my back on the market to consciences.

I walk, I walk, down, down to the river.
All waters reach the sea,
The sea with its blond sands, shell of mother-of-pearl,
its lace foam, its kiss of oblivion.

 

 

Empty streets

Au bout de ma rue,

Il n’y a pas la mer.

Il y a le marché aux consciences.

Il est très fréquenté,  Chacun y vient pour s’en acheter une ou deux.

La foule épaisse s’y déplace en vagues écumantes.

A chacun sa mer.

Moi, je rêve de  sable doré, de la musique secrète des coquillages,

Je rêve de clapotis, de baisers étourdis.

Je ne rêve pas de pavés gris, je ne rêve pas de tours cachant le soleil,

Je ne rêve pas de villes sans oiseaux.

Au bout de ma rue, Il n’y pas la mer.

Je tourne le dos au marché aux consciences.

Je marche, je marche, vers le bas, vers la rivière.

Toutes les eaux rejoignent la mer,

La mer avec ses sables blonds, ses coquillages de nacre,

Son écume de dentelles, ses baisers de l’oubli.



24/05/2020
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres